DGFiP : La fin de “La grande illusion” ?

La forteresse d’où l’on se s’évade pas : le schéma de pensée DGFiP…

Le dialogue social entrepris au cours de la crise Covid marque, in fine, une évolution notable : un raidissement de la pensée annonçant un futur moins ouvert que l’on ne pouvait l’espérer.

Nous souhaitons nous tromper sur les prochaines étapes mais tout laisse croire que le passage de la crise n’aura servi qu’à renforcer la conviction des “têtes pensantes” que tout doit s’accélérer…

Cette possible fuite en avant irait dans le mauvais sens.

Pour nous CGC, le mal est ailleurs. Les retards informatiques sont patents. Les schémas technocratiques aussi. Il ne fallait pas attendre la crise Covid pour s’en rendre compte.

Plutôt que de supprimer d’abords nos emplois, mieux vaut investir massivement et profondément dans le tout numérique, avec les équipements et les applications qui vont avec !

Avant de revoir notre mode d’organisation, il faut déjà simplifier nos process et alléger la règlementation fiscale. Le contrat de performance DGFiP du 16 mars 2020 signé par M Fournel [avec lui-même], n’en prend pas la voie, malgré les apparences.

L’inflexibilité des directeurs de notre “maison” transparaît une nouvelle fois, comme si la crise Covid, n’avait été qu’un fâcheux intermède…